• Journal "Vivre en Bauges"

    Posté le 5 novembre 2014

    Ecrit par albertdarvey

    Mots-clefs

    1914-2014 : il y a 100 ans débutait la première guerre mondiale, qui allait marquer profondément notre pays. La violence des combats, l’utilisation massive de l’artillerie, la durée du conflit, ont fait que le nombre de morts, de disparus et de blessés a été considérable. Dans les Bauges, on dénombre 440 morts de la guerre de 14-18 dont les noms sont inscrits sur les monuments de nos 14 communes. Ce chiffre représente 5,5% de la population totale du canton qui était d’environ 8000 habitants en 1914. Alors qu’en moyenne sur l’ensemble du pays ce pourcentage est de 3,5%, on peut dire que les Bauges ont été beaucoup plus fortement saignées par ce conflit qu’ailleurs en France, et même en Savoie (4,15%). Les historiens expliquent cela par le fait qu’il y a eu peu de réformés dans nos montagnes, et que ceux qui sont partis, ont été en majorité engagés dans l’infanterie, et on sait que les pertes chez les fantassins ont été considérables.

    Cette guerre a aussi accéléré le déclin démographique de notre canton commencé au milieu du 19ème siècle. La population est passée de 8 029 habitants en 1911, à 6 855 en 1921, soit une baisse de près de 15% en 10 ans, ce qui est considérable.

    1944-2014 : il y a 70 ans la seconde guerre mondiale a apporté sur le territoire même des Bauges, ses horreurs et ses destructions. Contrairement à leurs voisins de Maurienne et de Tarentaise, les habitants de notre massif ont eu la chance de ne pratiquement jamais avoir connu la guerre sur leur territoire, mis à part entre 1709 et 1711 où des combats se sont déroulés en Bauges entre Français et Autrichiens, et surtout en 1944 où les Allemands y sont venus à plusieurs reprises.

    Le 1er mai, l’armée allemande découvre dans la maison forestière de Bellevaux des armes et des munitions qui avaient été parachutées la veille le 30 avril. Sanction immédiate : 7 personnes sont tuées à Ste reine, 32 maisons à Ecole et une ferme à Ste Reine sont brûlées

    Le 6 juin, c’est le débarquement de Normandie. Des messages de la BBC appellent à la mobilisation des maquisards. Le capitaine Blanchard commandant le secteur des Bauges décide de barrer les routes d’accès au massif, à Lescheraines, au col du frêne, et à la Féclaz-Le Revard avec environ 500 hommes. 500 hommes peu entraînés, sous équipés face à des unités de la 157ème division alpine allemande aguerrie. C’est cette division qui a pris d’assaut le maquis des Glières en mars, et qui va détruire le maquis du Vercors en juillet. Le 10 juin les Allemands attaquent et prennent pied sur le plateau du Revard et de la Féclaz. Les maquisards dénombrent 33 morts dont 16 bûcherons, qui par malchance étaient présents ce jour là sur les lieux pour leur travail. C’est le repli général, mais les allemands occupés  dans d’autres secteurs du département ne les poursuivent pas.

    Les habitants des Bauges peuvent souffler, la guerre semble s’éloigner, les troupes allemandes reculent en Normandie. Hélas, le pire va se produire 3 semaines plus tard.

    Début juillet 1944, les Allemands doivent envoyer des troupes stationnées en Savoie sur le Vercors et le Jura où la pression de la résistance s’intensifie. Pour ne pas être surpris par une attaque du maquis des Bauges sur leurs arrières, ils décident de « nettoyer ce repaire de terroristes » qu’ils avaient un peu délaissé depuis le 10 juin.

    Le 4 juillet au matin, 3 bataillons de la 157ème division alpine, venant de Saint Pierre d’Albigny, Chambéry et Annecy, pénètrent en Bauges par tous les cols. Ils sont accompagnés par la Gestapo et son sinistre chef Heinson. Jusqu’au 9 juillet, ils vont semer la terreur en tuant, pillant et brûlant. On dénombre 40 morts dont 15 à Bellecombe et 12 à Ecole.

    Les Allemands quittent le massif sinistré le 9 juillet. Ils ne reviendront pas.

    2004-2014 : il y a 10 ans, dans la nuit du 5 août 2004, un terrible incendie détruisait le centre équestre de Lescheraines, faisant 8 victimes : 7 stagiaires et leur monitrice. Ce drame a fortement marqué le pays et plus particulièrement notre canton des Bauges d’où sont originaires 3 des 8 victimes. Une stèle a été édifiée sur le site en 2007 pour ne pas oublier ce dramatique évènement. Une commémoration du 10ème anniversaire a été organisée le samedi 9 août par l’association des familles des victimes et la commune de Lescheraines.

    Albert Darvey

    Cet article a été posté le Mercredi 5 novembre 2014 à 18 h 12 min et est rangé sous Journal "Vivre en Bauges". Vous pouvez suivre toutes les réponses à cet article à travers le RSS 2.0 Flux. Vous pouvez sauter la fin et laisser une réponse. Les Pings ne sont pas autorisés.
  • 0 commentaires

    Jetez un oeil à quelques-unes des réponses que nous avons eu à cet article.

  • Laisser un commentaire

    Faites-nous savoir ce que vous pensez .

  • Nom(obligatoire):

    Adresse de contact(obligatoire):

    Message:

Commune d'Aube |
Bernard-Henri Levy |
infosport |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | billet d'humeur
| MAGMA INFO
| REVEILLONS-NOUS